SAvoirs PArtagés

Huit conversations sur l’hybridation des savoirs

Financé conjointement par l’INSHS et OpenEdition, en collaboration avec l’UAR 2276 pour la production d’un podcast, le projet SAvoirs PArtagés vise à observer, au cours de huit discussions publiques, les usages ouverts de la science et le partage des savoirs à l’ère digitale dans des contextes sociaux variés, en impliquant des acteur·ice·s de la société civile, médecins, scientifiques, entrepreneur·euse·s, activitstes, autodidactes, éditeur·ice·s, etc… et en multipliant les formats d’échange et de production.

Partenaires

INSHS

Séances

  • SAvoirs PArtagés 1 / 8 | Infrastructures

    SAvoirs PArtagés 1 / 8 | Infrastructures

    L’événement inaugural du programme SAPA se tiendra pendant les journées du CIS, avec une discussion académique sur l’évaluation de l’impact de la science ouverte et la pertinence du concept d’écosystème pour penser les infrastructures de science et de données ouvertes.

    Lire la suite…


  • SAvoirs PArtagés 2 / 8 | Transmissions

    SAvoirs PArtagés 2 / 8 | Transmissions

    La reconfiguration des rapports entre science, savoirs et société entraîne des ruptures (en termes de formats, publics, médias ou dans le rapport à l’institution), et des continuités. Cette demi-journée de transmission avec le groupe de travail Science Ouverte et Société du CIS est consacrée à ces questions.

    Lire la suite…


  • SAvoirs PArtagés 3 / 8 | Santé(s) communautaire(s)

    SAvoirs PArtagés 3 / 8 | Santé(s) communautaire(s)

    Quels sont les rapports entre médecine et ouverture des savoirs en santé communautaire des minorités de genre? Pourquoi faire du soin “par et pour” les personnes dites concernées? Comment la santé communautaire transforme-t-elle le rapport au corps et au groupe? Quel rôle y joue le numérique?

    Lire la suite…


  • Savoirs Partagés 4 / 8 | Mémoire(s), archives, patrimoine

    Savoirs Partagés 4 / 8 | Mémoire(s), archives, patrimoine

    Comment partager les archives et les savoirs autour, sur, issus, tirés du passé? Quels modes d’organisation collective et quels outils techniques permettent de s’en ressaisir dans le présent des enjeux mémoriels, entre institutions de l’archive, communs numériques, et réseaux sociaux?

    Lire la suite…


  • SAvoirs PArtagés 5 / 8 | Fabrication laboratories

    SAvoirs PArtagés 5 / 8 | Fabrication laboratories

    En analysant les lieux et les mouvements nés au sein des universités et des fablabs, on se penchera sur la production et la circulation des savoirs dans les mondes souvent entrelacés des fablabs et de la science ouverte : leurs légitimités, leurs hiérarchisations, leurs marges de manoeuvre, leurs liens au tissu socio-économique et aux institutions.

    Lire la suite…


  • SAvoirs PArtagés 6 / 8 | Editions féministes

    SAvoirs PArtagés 6 / 8 | Editions féministes

    Y a-t-il un lien entre l’objet thématique d’une démarche éditoriale et la forme d’organisation de celle-ci? Quelle forme forme de science et d’édition ouverte est possible voire nécessaire à la production et la diffusions des féminismes, des études queer, décoloniales, sur le handicap et sur les racismes?

    Lire la suite…


  • SAvoirs PArtagés 7/8 – Justice cognitive

    SAvoirs PArtagés 7/8 – Justice cognitive

    “La science, à travers ses textes, ses acteurs et ses institutions, est la forme de savoir […] la plus valorisée par le système capitaliste. […] Elle pourrait […] contribuer à résoudre les problèmes des pays des Suds, que ce soit en approfondissant la compréhension de ces problèmes ou en générant les innovations […] appropriées. Mais il faudrait pour cela qu’elle s’y intéresse […] autant d’intensité et de moyens financiers qu’elle le fait dans le cas des pays du Nord”

    Lire la suite…


  • SAvoirs PArtagés 8/8 – Médiations scientifiques

    SAvoirs PArtagés 8/8 – Médiations scientifiques

    “Le projet REFORMS se propose de systématiser les connaissances relatives à l’offre de formation française à la MCS, et contribuer à structurer la communauté de ses acteurs. […] Nous proposons de (i) de cartographier les formations et les contenus qui sont enseignés au niveau national, (ii) d’analyser le profil d’entrée des étudiants et leur devenir post-formation (alumni), (iii) de documenter les innovations nées dans ces dispositifs”

    Lire la suite…


Coordinateur.ice.s

Centre Internet et Société | Simon Apartis | Simon Apartis est chercheur au sein du projet PathOS, co-coordinateur du programme SAvoirs PArtagés et pilote le projet de “Petite Encyclopédie de la Science Ouverte”. Il est l’un des administrateurs et contributeurs réguliers de ce carnet de recherche.

Il a étudié la philosophie à la Freie Universität Berlin. Avant cela, il a été l’administrateur du CIS pendant un an et cuisinier pendant deux ans. Il s’intéresse de près aux questions de l’intersection entre la judéité et la queerness et de la transmissions de la Shoah et de la guerre d’Algérie. Il a également traduit des œuvres de jeunesse de Siegfried Kracauer’s publiée dans le recueil Sur l’amitié.

Inno3 | Celya Gruson Daniel | Diplômée de l’École Normale Supérieure, d’un master en neurosciences cognitives et docteure en sciences sociales (sciences de l’information et de la communication et études des sciences et technologies), son parcours interdisciplinaire lui permet d’appréhender finement les différentes conditions de production et d’utilisation des données et publications scientifiques dans des régimes numériques des savoirs.

Elle intervient fréquemment en tant qu’enseignante dans divers instituts de recherche et d’enseignement supérieur pour former aux méthodologies numériques (collecte, analyse, gestion de données). Elle met aujourd’hui à profit ses différentes compétences dans la structuration et la coordination des projets de recherche au sein d’Inno3 dans une démarche de recherche-action ouverte.

OpenEdition Lab | Simon Dumas Primbault | Simon est titulaire de la Chaire Professeur Junior en Science Ouverte en SHS chez OpenEdition et à Aix-Marseille Université, chercheur associé à la Bibliothèque Nationale de France, et au Laboratoire d’histoire des sciences et des techniques (EPFL) de Lausanne. Ses recherches se situent à l’intersection des STS, de l’ethnographie et des media studies, et tentent d’éclairer la diversité des usagers et des pratiques sur les plateformes de science ouverte. Son projet de recherche actuelle porte sur l’articulation entre les pratiques de navigation et la découvrabilité des données selon les publics. 

Présentation détaillée

L’hésitation syntaxique visible dans les formulations cherchant à qualifier la redéfinition des rapports entre la science et la société — science « avec », « en », « pour la », « et » société, « science citoyenne », « science participative » et « co-construction des savoirs » — traduit les difficultés qu’il y a encore à penser le processus actuel de sortie du modèle diffusionniste — ou de vulgarisation — hérité du XIXè siècle. Bon nombre d’oppositions binaires, jusque-là doxiques, s’y trouvent remises en cause, telles que celle entre les scientifiques amateurs et professionnels, les producteurs et les consommateurs de science, ou la séparation socio-géographique entre les lieux de fabrication et les lieux d’exposition des savoirs. À la faveur de transformations à la fois structurelles et conjoncturelles (réchauffement climatique, transformation numérique, crise de confiance dans les sciences…), les régimes d’organisation et de production du savoir, c’est-à-dire essentiellement, de sa gouvernance, son financement et ses méthodes, se sont multipliés, et, avec eux, les rapports éthique et épistémologique au monde qui s’y expriment. La position de la puissance publique, structurant et structurée par les savoirs, s’en trouve considérablement transformée.

Dans cette nouvelle configuration des savoirs, la science ouverte fait figure d’objet frontière : ici elle est envisagée comme une libre circulation et appropriation des connaissances dans un idéal de partage et d’universalité, là elle est vantée comme une réaction à l’oligopole des grandes maisons d’édition scientifique, là encore, c’est un mot d’ordre pour la création et la gestion de communs de la connaissance, en particulier en y incluant des savoirs invisibilisés ou marginalisés. Au sujet de la question des rapports entre science et société, la science ouverte est parfois vue comme un moyen d’amplifier un modèle diffusionniste de la science-faite — il suffirait d’ouvrir l’accès pour démocratiser les savoirs — ou parfois, au contraire, comme une modalité de co-construction des savoirs avec les communautés concernées.

Ainsi, depuis une dizaine d’années, forts des enseignements des STS, de nombreux projets de médiation académique se sont portés au-delà du modèle diffusionniste de la science afin d’engager un véritable dialogue avec la société et favoriser des lieux et des pratiques de collaboration entre les chercheur·euses et les acteur·ices de la société dite civile. Ces projets institutionnels de science participative — i.e. émanant de l’institution se portant vers la société — se déclinent continûment sur un spectre allant de l’externalisation de tâches subalternes sous la forme de la gamification à la véritable co-construction de savoirs socialement pertinents entre le monde académique et la société. Tandis que le modèle du « citoyen-capteur » est fermement critiqué comme émanation d’un régime néolibéral des sciences, la science ouverte, quant à elle, appelle à poursuivre l’inclusion des savoirs extra-académiques et de leurs praticien·nes au sein de la sphère académique, et la réciproque réforme de celle-ci.

En effet, de nombreux projets de science citoyenne — i.e. émanant directement des communautés concernées en marge des institutions académiques — ont montré la nécessité de prendre au sérieux les compétences, les pratiques et les lieux de savoir des acteur·ices extra- académiques.

Afin que la recherche en SHS continue à avoir une pertinence sociale, tant dans sa pratique que dans ses résultats, il est donc devenu urgent de ne plus penser le rapport entre science et société sur un mode diffusionniste et de placer définitivement les sciences en société en favorisant la co-construction des savoirs en amont même des initiatives académiques, c’est-à-dire en achevant d’articuler les sciences participatives et les sciences citoyennes en sciences partagées. Nous aimerions, procédant de manière dialectique, étudier comment des institutions publiques nationales et transnationales captent et organisent des initiatives hétérogènes, procédant d’intérêts multiples (connaître, soigner, militer, produire, etc.), portées par des acteurs dits de la société civile, eux-mêmes plus ou moins intégrés aux institutions (de par leur formation et leur position professionnelle), et voir en retour comment les institutions se laissent transformer dans leur structure, leurs normes et leurs méthodes, par ces mêmes initiatives qu’elles canalisent.

La question se pose dès lors de savoir comment les sciences citoyennes, locales et alternatives, négocient leur rapport à l’institution scientifique, ses opportunités et ses contraintes, et, réciproquement, comment construire une institution scientifique inclusive et prônant la diversité des savoirs. Comment le rapport de pratiques extra-académiques avec l’institution scientifique, et la négociation avec celle-ci, façonne les savoirs produits par les sciences citoyennes ? Comment les critiques, même implicites, élevées par ces dernières à l’encontre du monde académique permet à celui-ci de se réformer afin d’accueillir, sans le capter, ni le formater, le « tiers secteur de la recherche » ?

Le podcast

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search