De quoi l’impact est-il le nom?

On attribue parfois à Alfred Binet, l’un des inventeurs du QI, la citation apocryphe suivante : à la question qui lui fut posée de définir l’intelligence, il aurait simplement répondu qu’elle était … ce que son test mesure. L’impact serait-il, de même, ce que les indicateurs quantifient? Dans le projet PathOS, dont ce carnet rend compte, la notion d’impact supplante, sans autre forme de procès – c’est-à-dire sans historicisation ni explicitation de l’axiomatique – celle beaucoup plus canonique en philosophie et en science sociale, d’effet. Le concept de cause y est en revanche conservé, mais sous une modalité bien particulière, strictement contrefactuelle et calculatoire.

Je souhaiterais donc dans ce billet clarifier un certain nombre de questions épistémiques laissées en suspens dans le projet et donner à voir le travail de retraduction et d’arrangement avec les termes, empruntés à une langue plus institutionnelle que directement scientifique, que le Centre Internet et société doit effectuer pour s’inscrire dans le projet PathOS.

Pour ce faire, je commencerai par recontextualiser la notion d’impact dans un milieu naturel plus large, que je qualifierai d’eurolecte. Milieu naturel ou plutôt jeu de langage, dans lequel nombre de projets européens financés dans le cadre du sous-programme 4.2 – Reforming and enhancing the European R&I System ont l’air contraints, du moins en apparence, de se formuler.

Je présenterai ensuite la démarche exploratoire que nous avons prévu d’adopter au Centre Internet et Société en tant que membres du consortium PathOS, pour proposer une analyse exploratoire des logs de connexion aux plateformes HAL, OpenEdition et RechercheDataGouv1. La compatibilité de cette approche avec l’épistémologie spontanée de PathOS est loin d’aller de soi, d’autant plus que celle-ci est largement implicite et soustraite à la discussion critique.

Je tenterai donc de l’objectiver, en montrant la conception particulière qu’elle se fait de la causalité et de sa représentation. Les principales caractéristiques que je souhaite analyser seront les suivantes :

  1. Elle est fondée sur une modélisation généraliste à prétention totalisante (allant de l’input à l’output de la science ouverte, voir ci-dessous),
  2. Elle fait un usage central du raisonnement graphique, à travers l’outil des diagrammes de causalité, qui produisent en partie un certain nombre d’effets d’autorité rhétorique
  3. Elle aspire à une forme de calculabilité logique de la causation, à travers des opérations formelles qui permettraient de passer des corrélations aux causes par un procédé d’evidentia ex terminis
  4. Elle repose sur une conception strictement contrefactuelle de la causalité (A cause B si, toutes choses égales par ailleurs, l’absence de A entraîne l’absence de B) éludant sans justification d’autres approches processuelles et compréhensives qui incluent quant à elle l’exploration subjectivités
  5. Athétique, elle ne pose pas les points précédents comme des hypothèses de travail possibles à soumettre à la critique scientifique ni comme des choix et prises de positions situées dans l’espace théorique des sciences sociales
  6. Elle s’exprime dans une langue à mi-chemin entre les catégories intuitives du sens commun, de l’eurolecte et du nouveau management public.

Sur ces deux derniers points touchant à la langue, on peut faire les quelques remarques qui suivent. La notion d’impact est d’apparition relativement récente, comme en attestent autant l’entrée impact dans le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales que dans le vaste corpus indexé par l’outil Gallicagram. Une recherche rapide dans le corpus de la presse française de 1789 à 1950 et du journal Le Monde de 1945 à 2020, indexés par le projet Gallica de la BNF, fait ressortir que l’emploi du terme est quasiment inexistant en langue française jusqu’en 1950, avant de connaître un réel essor vers les années 19802.

Recherche des mots-clés “cause&effet&impact” dans l’outil Gallicagram, https://shiny.ens-paris-saclay.fr/app/gallicagram. Deux corpus sont interrogés : Gallica Presse 1789-1950 (en vert : effet, en bleu : cause, en orange : impact), et le corpus Le Monde 1945-2022 (en violet : effet, en rouge : cause, en jaune : impact)

Au plan morphologique, la notion d’impact appartient au registre linguistique des expressions déverbales : substantification d’un verbe transitif (“impacter”), elle est à la fois progressive et résultative, désignant autant le processus que son résultat. Au plan sémantique, elle est empruntée au latin “impactum supin de impigere « frapper contre; jeter contre; heurter »; le sens fig. est attesté en angl. dès 1817 (v. NED)”. Le registre est celui de la physique, qualifiant le mode d’interaction partes extra partes qui caractérise la rencontre de deux choses ne pouvant coexister telles quelles au même endroit au même moment. L’usage premier du terme en est physique autant que balistique :

La métaphore de l’impact ne figure l’effectivité que par sa dimension antagonique : effet-coup, effet-trace; la forme résultative du terme suggère le stigmate qui atteste durablement de l’hétérogénéité profonde entre le corps impactant et le corps impacté. Par ailleurs, là où dans d’autres modèles de l’entrechoc (dans la petite physique de Spinoza3, ou dans le clinamen Epicurien), la nature des corps et des atomes qui se composent et s’opposent est soigneusement définie, ici, ce n’est pas vraiment le cas. Ce qui s’entre-impacte est une jungle d’objets aux contours flous : “stakeholders”, “research funding organizations”, “research performing organizations”, “citizens”, broader socio-economic contexts”, etc.

Ces derniers termes, comme celui d’impact, découlent pour la plupart des documents de politique publique européenne. Ils s’inscrivent dans une terminologie plus large, au sujet de laquelle je voudrais faire quelques remarques, à défaut d’en avoir une compréhension systématique.

Cet ensemble de termes n’appartient pas spontanément au vocabulaire canonique des sciences sociales; il se trouve plutôt à mi-chemin entre les catégories intuitives du sens commun, le jargon de la science politique, celui du nouveau management public et l’eurolecte, un langage transnational qui se caractérise par “au moins trois types de terminologie : institutionnelle, normative-juridique et sectorielle […] une tendance à l’hyperonymie et […] la présence d’une phraséologie, mais aussi de tournures phrastiques et, de manière plus large, de stratégies discursives et d’une rhétorique spécifiques”4.

Cette langue est omniprésente dans les descriptions des 20 projets financés par le volet “Open Science” du programme HORIZON.4.2 – Reforming and enhancing the European R&I System dont relève PathOS. Une rapide analyse de discours sur le fichier JSON contenant les 20 descriptions des projets lauréats donne quelques clés d’analyse.

import json
with open('en.json', encoding='utf-8') as rawdata:
d = json.load(rawdata)['hits']['hit']
for e in d:
kwd = ' '.join(str(e) for e in ['*'+f.replace(" ","_") for f in e['project']['keywords'].split(", ")]).replace('*_','*')
desc = e['project']['objective']
print(f'''**** {kwd}\n\n{desc}\n''')

Ce code permet d’extraire depuis le JSON un texte formaté pour IRaMuTeQ qui compile la description des objectifs des 20 projets en les faisant chacun précéder des keywords codés comme des variables5.

Voici le graphe de l’analyse de similitudes établit à partir des pourcentages de co-occurences entre tous les lemmes (n = 138) apparaissant plus de 6 fois dans le corpus des vingt projets (présentation fruchterman reingold, seuil pour les arrêtes = 3), et qui fournit en quelque sorte un carte des topiques à mobiliser pour rédiger un projet européen orthodoxe :

Comme le faisait remarquer Flaubert dans le Dictionnaire des idées reçues6, les vases anciens sont toujours étrusques, le bouilli, toujours sain et inséparable du mot soupe, et l’économie toujours précédée du mot ordre. De même, pas de research sans assessment, pas d’engagement qui ne soit clé, pas de science sans projet, impact ou ouverture.

Dans cet ensemble, le projet PathOS souffre du même manque de réflexivité face à une langue automatique dans la mesure où, bien qu’il s’inscrive dans des questionnements centraux des sciences sociales, il ne les mobilise explicitement qu’assez peu.

Ainsi en va-t-il par exemple de la nature de la causalité, la seule admise dans le projet étant établie par démarche contrefactuelle, sans que ce choix axiomatique ne soit jamais justifié ni posé comme tel. Alors que la question de la définition de la causalité est centrale à l’évaluation des politiques publiques, pour ne citer que cette discipline dont l’épistémologie spontanée de PathOS semble s’approcher le plus explicitement.

D’autres questions apparaissent également comme tranchées d’avance :

  • Celle de la place à accorder (1) aux agents (redéfinis en parties-prenantes ou stakeholders), et (2) aux groupes d’agents (redéfinis en organisations, civil society et communities),
  • Concernant les premiers, la manière de conceptualiser les visées intentionnelles, individuelles et subjectives (engagement, awareness, attitudes and values),
  • Concernant les secondes : la manière de conceptualiser la stratification et à la différenciation sociales (réduites à la taxonomie confuse societal / economic / academic)
  • Et plus généralement la question de la place à accorder aux régimes de déterminations structurelles, qu’ils soient d’ordre juridique (legal framework), économique (financial ressources) ou informationnel (infrastructures)
  • Sur un plan éthique, la manière de formuler les finalités politiques et éthiques de la science ouverte (réduites aux sustainable developpment goals, ici encore dans la phraséologie UNESCO)
  • Sur un plan épistémologique, la question de la fonction et du périmètre exacts à accorder à la modélisation formelle des interactions (supposée résolue par l’outil diagramme).

Plutôt qu’à un système de thèses et d’instruments soumis à la réflexion critique et susceptible de falsifiabilité, c’est un ensemble notionnel performatif et doxique qui impose plutôt que de poser, prescrit sous prétexte de décrire, parce qu’il relève au fond d’une activité “qui mêle intimement construction théorique et visée pratique, propos descriptif et perspective normative, connaissance et action”7. Bourdieu et Wacquant parlent à cet égard de “thèses non thétiques” :

Pour élargir encore un peu le contexte, voici une rapide analyse textes des grandes classes sémantiques qui ressortent de la recommandation de l’UNESCO sur la science ouverte, auquel le projet PathOS fait fréquemment appel.

Résultat de l’AFC effectuée à l’aide du logiciel IRaMuTeQ sur le texte anglais de la Recommendation on Open Science adoptée le 13 novembre 2021 par l’UNESCO. Méthode Reinert configurée à 8 classes terminales, 221 segments classés sur 241 (91.70%).

La décomposition en lemmes risque peut-être d’atomiser un peu le texte en le réduisant à une unité-mot, faisant ainsi perdre de vue tous les effets phraséologiques du jargon (rapidement évoqués ci-dessus). Cette visualisation fait toute fois ressortir cinq grands thèmes structurants, différenciés sur trois niveaux hiérarchiques descendants :

  • Au premier niveau, d’une part la classe 5 (violet), qui a trait à la science en tant que contenu informationnel pur (code, logiciel, donnée, publication)
  • D’autre part, un niveau regroupant les quatre autres classes :
    • Un premier troisième sous-niveau, qui suit la polarisation entre une logique publique et privée de la science et regroupe :
      • La classe 4 (bleu) qui a trait aux institutions et au portage de politique publique
      • La classe 3 (vert) qui a trait à la rentabilité de l’investissement dans les compétences scientifiques
    • Un second troisième sous-niveau qui suit la polarisation autonome-hétéronome de la science et regroupe :
      • La classe 2 (gris) qui a trait à la normativité épistémique (critères autonomes de qualité de la science)
      • La classe 1 (rouge) la science comme savoir mobilisé par les citoyens face aux défis socio-politiques (critères hétéronomes d’utilité de la science)

Voici, par exemple, la liste des termes retenus pour constituer la classe 1 (rouge) :

social knowledge importance problem indigenous citizen sustainable solve decision acknowledge opportunity societal health enhance scholar creation increase nature crisis actor people inclusion holder dissemination collective communication scientist information participation inequality foster traditional sti respond region progress field agenda local effective respect method benefit society note scientific development equitable collaborative responsibility cultural wide transformative regard own norm natural marginalize generation flexibility carry advantage accelerate global community resource economic professional legal participatory exist public capacity

Il est possible de se livrer à une petite expérience en demandant à ChatGPT 3.5 de générer un paragraphe d’environ 100 mots contenant tous les mots de la liste précédente. La réponse obtenue est plutôt convaincante, et n’est pas sans évoquer le ronronnement caractéristique de nombre de policy documents que l’on est amené à lire dans le cadre du projet.

Si la performance est louable, ce n’est pas tant par excès d’intelligence du modèle génératif que parce que, en ce cas bien plus que dans d’autres, ce qui a l’apparence d’une systématicité conceptuelle n’est souvent qu’un ensemble de schèmes ou de patterns susceptibles d’être mobilisés moins par nécessité démonstrative que par automatisme et se prêtant à d’infinies variation molles.

Sans exhaustivité, on peut faire quelques remarques sur ces motifs. On y retrouve bien entendu l’inépuisable opposition entre le clos et l’ouvert – il ne viendrait à l’esprit d’aucun porteur de politique publique, je crois, de promouvoir la science fermée. Mais, de manière encore plus centrale, on y observe le primat de la rationalité instrumentale et de l’approche tactique.

Car il s’agit avant tout de tracer des lignes orientées vers des fins pratiques : identifier les blocages, maximiser les effets désirés, éviter les unintended consequences). Eric Hazan avait déjà noté à quel point le vocabulaire militaire infuse la langue néolibérale (roadmap, strategic framework, intervention, target audience… et impact)8. Et comme le rappelle l’emploi adjectival récurrent du nom “clé” (key impact, key pillar, key function, key objective, key impact pathway), l’énergie tactique doit s’employer à identifier le discret point de bascule permettant le renversement, tenant à un fil, de toute la situation : comme une porte qu’il n’y aurait plus qu’à déverrouiller pour maximiser l’impact (positif, il va de soi) de la science dite ouverte.

On note également, comme relevé plus haut, un recours massifs aux hyperonymes, lesquels passent à tort pour des concepts du fait de leur généricité. L’hyperonymie désignant “la relation sémantique hiérarchique d’une unité lexicale à une autre selon laquelle l’extension du premier terme, plus général, englobe l’extension du second, plus spécifique”9. Ce qui produit ainsi ad infinitum des propositions qui veulent à la fois dire beaucoup et pas grand chose, comme telle description d’un autre projet européen, financé par le même instrument et qui promet de “provide theoretical and empirical evidence of the effectiveness of specific interventions, and a framework for a robust, evidence-based road map for the development, assessment and implementation of interventions intended to improve reproducibility”10. A framework for a road map for the implementation of interventions?

Il faudrait, pour saisir la logique pratique de ce que l’on pourrait être trop rapidement tenté de qualifier de novlangue, faire au sujet de la construction des discours institutionnels sur la science ouverte ((par l’Europe ou l’ONU) ce qui a été fait au sujet du traitement, par l’UNESCO, de la question du patrimoine11. Ce qui aurait le mérite de mettre en exergue les différences matérielles entre le terreau social de cette forme de langage d’une part et les formes de vies scientifiques de l’autre. Je me permets ici une longue citation extraite de l’article :

Malgré cette polysémie due à des énoncés trop vagues et une langue acritique à visée performative, peu apte à expliciter ses choix d’options théoriques, on serait de mauvaise foi si on disait ne pas comprendre l’intérêt et l’interrogation d’ensemble du projet. J’aimerais les rendre ici plus explicites, en montrant comment nous nous y inscrivons avec l’analyse des logs de connexion aux plateformes HAL, OpenEdition et RechercheDataGouv.

Comment fonctionne une politique publique de science ouverte? Comment s’exprime-t-elle dans un cadre juridique, des mesures financières et des changements organisationnels? Comment pousse-t-elle les producteurs (scientifiques, industriels) et les diffuseurs de science (éditeurs, universités) à faire en sorte que n’importe qui, doté d’un ordinateur connecté à internet, puisse accéder à n’importe quelle ressource scientifique finale (articles, logiciels, données) et intermédiaire (matériaux pédagogiques, carnets de terrain)?12 Et surtout cette dernière question, qui est le cœur du projet PathOS : quels sont les effets produits à court, moyen, et long-terme par l’augmentation de l’accès (numérique) au savoir sur l’économie, la société, et la science ?

Pour se saisir de ces questions, le consortium semble se fonder plus ou moins consciemment sur un modèle cybernétique input-system-output classique tel que conceptualisé par Norbert Wiener13 et sur la forme analogue qu’il prend dans la théorie économique néo-classique du producteur, selon laquelle un agent économique est une boîte noire qui “transforme des inputs (facteurs de production) en outputs (production finale) selon une fonction de production”14.

PathOS tente ainsi de reconstruire le système dans lequel autant de petites boites noires s’entre-impactent, étant liées par des causes, des effets et des boucles de rétroaction. Ce système modélise les trajectoires ou voies d’impact (impact pathways) qui mènent des variables explicatives (inputs) aux variables dépendantes (outputs), en passant par tous les nœuds intermédiaires entre les causes initiales et leurs effets les plus lointains et la manière dont ces interrelations de causes et d’effet font système, en particulier via un certain nombre de boucles de rétroaction.

La fonction herméneutique accordée aux “voies d’impact”, modélisées par les diagrammes de causalité, mérite une attention particulière. Les diagrammes de causalité sont les seuls outils analytiques à se voir dotés, dans PathOS, d’une filiation intellectuelle claire, en grande partie l’œuvre du philosophe et informaticien Judea Pearl, The Book of Why15.

Pearl & Mackenzie, op. cit., p. 32

A partir du travail de Pearl & Mackenzie il s’agit en fait de produire des graphes orientés et pondérés qui permettent de modéliser les voies d’impact de la science ouverte, lesquelles sont sensées mener des “inputs” aux “outputs”, des “effets aux causes”, en distinguant l’effet et la cause observés de variables externes confondantes (c’est-à-dire jouant à la fois sur la cause et l’effet observés) ou facilitantes (s’agit de causes indépendantes n’ayant rien à voir avec la classe de causes que l’on souhaite observer).

En leur appliquant une certaine logique formelle permettant de symboliser la multiplicité des relations causales et des boucles de rétroaction tout en contrôlant l’effet des facteurs confondants et facilitants, il devient alors possible de démontrer la relation causale que l’on suspectait derrière une simple corrélation, en conférant à cette démonstration force de nécessité logique. Plus précisément, Pearl parle de “calcul de la causalité” (avec quelque ferveur mystique du messager dévoilant le secret de la mathématique divine) :

Capture d’écran de l’outil Dagitty, “browser-based environment for creating, editing, and analyzing causal diagrams (also known as directed acyclic graphs or causal Bayesian networks)”. Le 18/06/2024

Il en va ainsi que la causation comme de la résolution d’équation, laquelle permet, en appliquant à des symboles des principes algébriques d’équivalence (addition, multiplication, transposition, substitution) de déterminer la nature d’une chose ou d’une relation en s’en remettant intégralement à l‘evidentia ex terminis qui naît de la manipulation réglée de symboles.

L’ambition est toute louable : il s’agit de combiner la puissance heuristique du raisonnement visuel à la nécessité logique du calcul, représentation sententielle et représentation diagrammatique 16 .

La sérendipité joue en quelque sorte ici le rôle d’asylum ignorantiae : il est le nom donné à l’incapacité ou au refus de remonter à un système fini de causes pondérées produisant un effet donné. (La posture de recherche en ressortant, au passage, plus légère et modeste, opposant aux pesanteurs vaines de l’esprit de système la curiosité humble d’une approche dite “exploratoire”, ouverte à la surprise et pleine de la sagesse du renoncement à la totalisation).

En reprenant l’idée d’une analyse des logs de connexion aux plateformes de science ouverte HAL, OpenEdition et RechercheDataGouv, nous partions de la même idée, à la différence que nous souhaitions moins nous concentrer sur les pics de lecture et l’analyse de séries temporelles axée sur l’évolution des consultations d’une ressource dans le temps que sur la caractérisation et la mise en rapport des lecteurs et des contenus.

En recoupant les adresses IP avec des informations sur la géolocalisation et le secteur d’activité de leurs propriétaires (ce est possible sauf pour les IP de particuliers) d’une part, et en enrichissant les informations sur les ressources consultées à partir des métadonnées de l’autre, on peut se donner théoriquement les moyens de voir assez finement quel genre de personne consulte quel genre de science. Voici à quoi ressemble l’exploration des IP :

Et voici un exemple de JSON contenant des métadonnées d’une ressource :

Ainsi que son classement en topics :

Rapidement cependant il nous a été demandé par le consortium de concevoir notre étude de cas en suivant un template de questions standardisées pour les huit études de cas prévues dans le projet. What is the goal of this OS instrument? What are the enabling and confounding factors? What are the stakeholder groups affected? What is your causality narrative?

J’ai donc commencé par essayer de modéliser le trajet idéal-typique dans lequel des ressources sont mises en places dans un contexte pour générer des inputs qui entraînent des activités qui produisent des outputs, des outcomes et des impacts. (Il me semble ici d’intérêt scientifique, bien que cela puisse passer pour transiger des règles élémentaires de bonne tenue académique, de souligner à quel point ce vocabulaire est irritant).

Ainsi il est possible de comprendre la plateforme a minima comme un point de rencontre entre offre et demande scientifique, où les indicateurs d’entrée (indicateurs de science ouverte) sont transformés en indicateurs de sortie (indicateurs d’impact sociétal, académique et économique de la science ouverte), tels que détaillés dans le handbook produit par le consortium. Voici donc la v2 du schéma, quelques mois plus tard.

Enfin, le seul régime de preuve et de scientificité admis par PathOS étant le raisonnement contrefactuel (voir ci-dessous pour une analyse plus détaillée), nous avons, à défaut de pouvoir procéder à une comparaison systématique entre les plateformes de science sur abonnement, les plateformes d’accès ouvert, et les plateformes pirates (comme Sci-Hub, qui a mis à disposition des chercheurs l’intégralité de ses logs pour l’année 2017), basé notre raisonnement contrefactuel en distinguant à l’intérieur-même des trois plateformes selon le degré d’ouverture des ressources.

Pour reprendre la typologie par “couleur” d’accès ouvert introduite par le projet ROMEO en 2003, nous avons décidé de distinguer entre accès fermé, accès green (seul le pre-print peer-reviewé est disponible), accès gold (le post-print est disponible mais l’auteur a payé pour qu’il le soit) et accès diamant (le post-print est disponible immédiatement sans paiement d’article processing charges). L’idée étant que, toutes choses égales par ailleurs, des articles aux propriétés très proches mais au niveau d’ouverture différent, produisent des impacts différents, alors cette différence d’impact est un effet causalement attribuable au niveau d’ouverture.

Indépendamment de son insertion dans un modèle causal, l’approche exploratoire des logs comporte un certain nombre de biais.

Du point de vue des usagers, il est impossibilité de caractériser les adresses IP des particuliers. Pour des raisons éthiques, on ne peut rien savoir de plus que le fait que celles-ci proviennent d’un fournisseur d’accès à internet. Cela représente plus de la moitié des connexions, qui sont donc inexploitables. Une chercheuse, ou l’employé d’une institution publique ou d’une entreprise qui utiliserait sa connexion personnelle, passe entre autres en dessous des radars de l’analyse. Par ailleurs une caractérisation trop précise des usagers du secteur économique (laquelle est possible) peut poser des questions de secret des affaires.

D’autre part, il est très probable que le sujet des ressources consultées (de quelle discipline elles relèvent, voir de quel thème plus fin (en utilisant par exemple Topics, la taxonomie hiérarchique descendante à quatre niveaux d’OpenAlex) puisse jouer un rôle surdéterminant sur leurs modalités d’usages. L’usage sociétal, académique et économique d’un article publié en accès ouvert étant très fortement dépendant du fait que celui-ci parle, par exemple, de littérature, de physique nucléaire ou de géologie.

Cette dernière difficulté peut s’exprimer en termes statistiques : la discipline ou le sujet d’un article est un facteur ou une variable confondante, c’est-à-dire une variable aléatoire qui influence à la fois la variable dépendante (l’usage des ressources) et les variables explicatives (l’ouverture des ressources). En l’état, il est compliqué de voir dans quelle proportion la transformation des usages est corrélée au caractère ouvert des publications ou bien directement à leur sujet.

Le poids de la discipline influence d’abord les variables explicatives, c’est-à-dire le niveau d’ouverture des ressources. Dans le projet, nous en avons listé 19, qui sont détaillés dans l’onglet “Open Science” du Handbook of Open Science, l’un des livrables centraux du projet18. Cette action confondante tient essentiellement à deux raisons :

  • A la nature même des contenus scientifiques, le savoir astrophysique se laissant par exemple probablement plus facilement bancariser et étant moins lié au geste auctorial que le savoir ethnographique19, parce qu’il repose sur des infrastructures d’échelle mondiale et une pratique moins locale et contextuelle.
  • A la nature de l’activité de production et de diffusion des contenus scientifiques, la physique par exemple étant pionnière en matière d’accès ouvert, avec par exemple la création du repertoire ouvert arXiv en 1991 par le physicien Paul Ginsparg, contrairement aux sciences humaines et sociales.

A ce sujet, voici les écarts d’ouverture entre disciplines depuis 2018, selon le Baromètre de la Science Ouverte (publications françaises uniquement) :

Mais la discipline influence également les variables dépendantes, c’est-à-dire la réception et l’usage possibles contenues in virtu dans les contenus scientifiques mêmes. Dans le Handbook, celles-ci sont ventilées en impact académique, impact sociétal et impact économique. Même si un l’emploi d’un marteau peut être détourné pour se gratter le dos ou taper à l’ordinateur et que la créativité humaine est foisonnante, on comprend comment un article de physique fondamentale peut, a priori, commander des usages sensiblement différents d’un article sur la culture du millet au nord du Yangzi au IIe millénaire avant notre ère.

Une autre difficulté, autrement plus profonde est que, stricto sensu, la seule chose qu’il nous est possible est de voir à l’échelle d’une analyse de logs (et, à vrai dire, avec les outils auxquels nous nous restreignons dans PathOS) est le fait que que des utilisateurs accèdent en se connectant à des ressources, ce qui ne nous dit rien ni sur leur usage ni surtout sur leur supposé impact. A peu près comme si, en étudiant les usagers d’une bibliothèque, on pouvait savoir qu’ils consultent un livre, mais pas s’il les aide à faire une découverte extraordinaire, s’ils n’y comprennent rien car ils n’en parlent pas la langue, si l’ouvrage reste un mois sur une table basse, ou s’ils décident de s’en faire un chapeau.

A cet égard, il est étonnant qu’à aucun moment ne soit fait allusion, par aucun des partenaires du projet PathOS, à une discipline comme la sociologie de la réception ou de la consommation de biens culturels. Il s’agit d’une approche pourtant établie qui tente de comprendre, précisément, comment l’accès à une production culturelle ou un contenu informationnel se traduit en usages et affecte le lecteur et sa pratique, au court et long terme : en d’autres termes, comment l’accès se traduit en impact.

Car même si l’on était en mesure d’établir que les articles déposés sur HAL sont utilisés par une plus large variété d’acteurs dits “sociétaux” que les articles sous embargo ou disponibles en pre-print seulement, cela ne permettrait en aucun cas, ni d’établir, ni de détailler l’effet causal des contenus diffusés en accès ouvert sur les comportements et les croyances individuelles et collectives et sur les transformations sociales à court et long terme.

Rien n’est prévu non plus pour envisager ce que, dans la science ouverte, la modalité technique de production, de diffusion et d’accès au contenu fait à l’appropriation du contenu lui-même. La nature numérique de l’accès ouvert à la science est tellement omniprésente qu’elle semble échapper à l’analyse. La plateforme numérique – et le régime techno-scientifque qui la rend possible – sont sa condition de possibilité et son horizon. Ce qui en fait une forme de “facteur confondant ” : la forme de vie dans laquelle se joue l’accès numérique à des ressources informationnelles surdétermine leur ouverture et leur usage.

Cela tient à la matérialité technique du rapport de connaissance et de l’accès au savoir : écran, clavier, réseau. On ne pense pas pareil sur du papier que sur un écran, sur lequel “les lettres restent comme suspendues et flottant encore à la surface d’un élément liquide”20. Nos yeux s’y rapportent différemment qu’au grain d’un papier; la main pense différemment sur un clavier qu’avec un stylo; le corps tout entier se penche autrement sur les idées qu’elles soient analogiques ou numériques. Olivier Ertzscheid note avec quelque malice :

Par ailleurs, en réduisant l’ouverture de la science au seul “être-là” d’une information autrefois cachée, on élude une question centrale : comment passe-t-on de ce qui est simplement virtuellement lisible et utilisable à ses usages effectifs? Quels sont les intérêts pratiques qui déterminent l’utilisation effective d’un savoir diffusé “sans entrave”21? Quelles conditions sociales d’apprentissage sont requises pour qu’il puisse être activement compris, quelle forme de vie collective suscite le désir de son appropriation? Le numérique et le régime techno-scientifique qui l’accompagne s’adosse-t-il sur ou créé-t-il des formes de socialité nouvelles, des élans vitaux, des libido sciendi spécifiques? Est-il possible d’en faire une typologie?

Sartre notait dans Qu’est-ce que la littérature qu’un livre “laissé à lui-même […] se tasse et s’effondre, il n’e[n] reste que des tâches d’encre sur du papier moisi”, tout comme un paysage, “si nous nous en détournons, croupi[t] sans témoins dans sa permanence obscure”22. Il en irait de même si d’aventure une population extraterrestre décidait de rendre accessible en accès ouvert la somme de connaissances permettant de développer, disons, une source d’énergie gratuite et infinie, mais dans une langue indéchiffrable.

Enfin, même si ce contenu informationnel était compréhensible, le fait de réduire l’acte de sa lecture à un seul acte de computation ou de traitement d’information, comme le suggère le cognitivisme du modèle input-blackbox-output, élude complètement la question des intérêts pratiques et sociaux qui font qu’à un moment donné, dans un contexte historique situé, un acteur s’approprie un contenu scientifique et en fait quelque chose.

Je me permets un petit détour par la pop culture pour faire comprendre cette dernière idée. Dans le premier épisode de la saga Matrix des soeurs Wachowski, Néo, fraîchement sorti de la matrice, un monde virtuel dans lequel les humains sont plongés alors que, dans le monde réel, leur corps endormi est maintenu en vie branché dans des cocons remplis de gélatine, apprend à toute vitesse des dizaines d’arts martiaux en les faisant transférer par un programme dans son cerveau.

Capture d’écran de la scène où Néo, joué par l’acteur Keanu Reeves dans Matrix, devient champion de ju-jitsu en trois clics de souris. Crédits : Wachowski, L., & Wachowski, L. (Réalisateurs). (1999, juin 23). The Matrix [Action, Science-fiction]. Warner Bros., Village Roadshow Pictures, Groucho Film Partnership.

La scène est assez emblématique d’une vision cognitiviste et cybernétique de la connaissance et de l’apprentissage. Celui-ci ne reposerait en définitive que sur une capacité computationnelle du cerveau à traiter de l’information. Un jour peut-être, quelque miracle de savoir-faire transhumaniste permettrait d’apprendre une connaissance en réagençant instantanément le trillion de connexions neuronales pour faire qu’un cerveau, subitement, stocke une information et traite un signal qui auparavant lui demeuraient obscurs. Cette focalisation sur le substrat neuronal de la pensée passe sous silence le procédé social par lequel l’information “rentre” dans le corps.

blalbalbla

  1. Une présentation plus globale et succinte de notre rôle dans tous nos workpackages est accessible ici. ↩︎
  2. Moment inaugural du New Public Management, faut-il y voir une simple corrélation? ↩︎
  3. Spinoza, Ethique, Livre II, Proposition 13 ↩︎
  4. Rachele Raus (2013). L’« eurojargon » et sa variante française. Argotica, 0(1), 383-394. https://europub.co.uk/articles/-A-199904 ↩︎
  5. Malheureusement, le set de keywords n’étant pas homogène, une AFC par mots-clés n’est pas pertinente ici. Par contre, le JSON contient des informations sur les organisations bénéficiaires de chaque consortium et leur typologie, il pourrait être intéressant de les extraire pour étudier les variations de discours par typologie de bénéficiaire, sur un jeu de projets plus important ↩︎
  6. https://fr.wikisource.org/wiki/Dictionnaire_des_id%C3%A9es_re%C3%A7ues/Texte_entier ↩︎
  7.  François Ost et Michel van de Kerchove, « La doctrine entre “faire savoir” et “savoir-faire” », Annales de droit de Louvain, 1, 1997, p. 43 ↩︎
  8. Hazan, E. (2006). LQR : La propagande du quotidien. Liber/Raisons d’agir. ↩︎
  9. https://fr.wikipedia.org/wiki/Hyperonymie ↩︎
  10. https://cordis.europa.eu/project/id/101094853 ↩︎
  11. , « Introduction. Le monde selon l’Unesco », Gradhiva [En ligne], 18 | 2013, mis en ligne le , consulté le 23 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/2696 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gradhiva.2696 ↩︎
  12. Comité pour la science ouverte, 2021, Deuxième plan national pour la science ouverte, https://www.ouvrirlascience.fr/deuxieme-plan-national-pour-la-science-ouverte-2021-2024/, page consultée le 23/06/2024 ↩︎
  13. Wiener, N. (2021). Cybernetics : Second Edition: Or the Control and Communication in the Animal and the Machine. Martino Fine Books. “I shall understand by a black box a piece of apparatus, such as four-terminal networks with two input and two output terminals which performs a definite operation on the present and past of the input potential, but for which we do not necessarily have any information of the structure by which this operation is performed” ↩︎
  14. https://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_n%C3%A9o-classique_du_producteur ↩︎
  15. Pearl, J., & Mackenzie, D. (2019). The Book of Why : The New Science of Cause and Effect (1er édition). Penguin ↩︎
  16. Voire à ce sujet : Shin, Sun-Joo, Oliver Lemon, and John Mumma, “Diagrams”, The Stanford Encyclopedia of Philosophy (Winter 2018 Edition), Edward N. Zalta (ed.) https://plato.stanford.edu/archives/win2018/entries/diagrams. Visitée le 18/06/2024 ↩︎
  17. L’expression est de Claude Levi-Strauss dans un entretien avec Didier Eribon. Éribon, D. et Lévi-Strauss, C., 1990 De perto e de longe, Rio de Janeiro, Nova Fronteira. ↩︎
  18. https://handbook.pathos-project.eu/indicator_templates/quarto/1_open_science/citizen_science.html ↩︎
  19. A ce sujet, voir Alix Levain, Florence Revelin, Anne-Gaëlle Beurier et Marianne Noël, « La crédibilité des matériaux ethnographiques face au mouvement d’ouverture des données de la recherche », Revue d’anthropologie des connaissances [En ligne], 17-2 | 2023, mis en ligne le 17 avril 2023, consulté le 24 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/rac/30291 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rac.30291 ↩︎
  20. Derrida, J. (1995). Mal d’Archive. Editions Galilée, p. 46 ↩︎
  21. Deuxième plan national pour la science ouverte, op. cit. p. 7 : “La science ouverte est la diffusion sans entrave des résultats, des méthodes et des produits de la recherche scientifique […] Elle induit une démocratisation de l’accès aux savoirs”. ↩︎
  22. Jean-Paul, S. (s. d.). Qu’est-ce que la littérature ? Gallimard. p. 46 ↩︎

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Simon Apartis (17 juin 2024). De quoi l’impact est-il le nom? Open Knowledge. Consulté le 12 juillet 2024 à l’adresse https://ok.hypotheses.org/4733


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search